Bilan 2021 2/2 – Mes tops !

Après vous avoir livré une première partie générale et les statistiques, je rentre dans le qualitatif avec mes coups de cœur de l’année écoulée. Peu importe l’année de parution, le format, la publication ici ou non : juste ce que j’ai le plus aimé de mes lectures 2021.

Habituellement, je me contentais d’un tiercé général sur Facebook, mais comme cette année a été dense, je vais un peu affiner en faisant des tops par genre. Et puisqu’il faut bien que je regroupe pour faire des thèmes, je ferai des choix un peu arbitraire : fantasy, fantastique + UF (l’aspect « contemporain ») puis SF.

Mon top Fantasy

J’ai déjà évoqué ici à plusieurs reprises à quel point mon goût pour la Fantasy s’émousse, voire se transforme en dégoût quand elle continue à véhiculer – cochez les cases – des clichés virilistes, violents ou messianiques. Sauf qu’une partie, de plus en plus importante, des auteurs et autrices s’en affranchit (ou que je suis resté moi-même enfermé dans un cliché). Dans tous les cas, mon tiercé s’éloigne du registre de la Fantasy traditionnelle, parfois pour la réinventer ou la pasticher, mais contient toujours un sous-texte politique.

En troisième position, une lecture récente : L’homme qui savait la langue des serpents de Andrus Kivirähk, aux éditions Le Tripode. J’ai beaucoup aimé cette fable estonienne aux allures de mythe national, qui est aussi une réponse de l’auteur aux poussées nationalistes au sein de son pays. De quoi largement sortir d’une zone de confort : un Grand prix de l’imaginaire 2014 qui me parait largement mérité. Ma chronique est ici.

En deuxième position, un tome du Disque-monde, Ronde de nuit, chez Pocket Imaginaire. Terry Pratchett est l’auteur dont j’ai lu le plus de livres. Je les trouve tous bons, voire très bons, mais jamais au point de les mettre en top, sauf peut-être au moment de ma découverte cet univers (vieux con je suis…). Celui-ci est pour moi le meilleur que j’ai pu lire jusqu’à maintenant – un point de vue assez partagé à priori. Cette ambiance de barricade, entre espoir et désespoir, en fait une œuvre romantique. La chronique est .

Sur la plus haute marche, une autre œuvre de fantasy politique, francophone cette fois. Ce sont les deux parties du premier tome de la trilogie Olangar (faut suivre), Bans et barricades. Le contexte pourrait répondre à Ronde de nuit, en reprenant un décor XIXe mais en insistant davantage sur l’aspect industrialisation. Surtout, là ou l’auteur anglais montre finalement une méfiance (toute britannique ?) vis à vis des révolutions, Clément Bouhélier tendrait à les exalter. Mon retour est par ici.

Fantastique et Urban Fantasy

On pourrait débattre de la pertinence de regrouper ces deux genres (pour peu que les genres aient toujours du sens…) mais comme j’en lis peu de chaque, je trouvais qu’un tiercé avec seulement trois ou quatre lectures en tout n’aurait pas grand sens. Mais même si le volume global dans ces genres était faible, ce sont trois authentiques coups de cœur.

Le niveau est déjà élevé pour la médaille de bronze avec un autre Grand prix de l’imaginaire, 2020 cette fois, et récompensé par une multitude d’autres prix. Vita Nostra de Marina et Sergueï Diatchenko est un OVNI littéraire difficile à classer, même dans les différents genres, voire difficile à apprécier. Outre un récit d’initiation dans un internat qui rappellerait Harry Potter, j’ai été dans l’inconnu tout le long du livre avec une ambiance malsaine à souhait. Pas de chronique sur le blog mais je vous invite à lire le billet de Yujine auquel je souscris totalement.

Un autre grand coup de cœur pour la médaille d’argent, encore plus récent : Le mystère du Tramway hanté de P. Djèli Clark. Ce livre illustre mon goût récent pour les novellas. J’ai été fasciné de voir comment l’auteur arrivait à intégrer – avec réussite – autant de thèmes en si peu de pages, sans parler de l’univers et de l’intrigue, tout aussi satisfaisants. J’ai été conquis par ce contexte de magie dans un Caire uchronique du début XXe. Et comme ça n’est pas en poche, je l’ai chroniqué chez Anne-Laure.

Pour la médaille d’or, Les Miracles du bazar Namiya de Keigo Higashino. Le livre avait tellement de bons retours que je l’ai acheté en grand format. Depuis, il est sorti en poche et j’exhumerai ma chronique bientôt (en attendant, je vous recommande le retour de Lilly). J’ai adoré l’idée et cette description du Japon, ainsi que la construction du récit, d’une extrême rigueur. On sent que l’auteur écrit habituellement du polar (j’ai d’ailleurs chroniqué Le dévouement du suspect X pour Steph). Surtout, je lis rarement de romans « feel good » mais j’ai trouvé ici une vraie bouffée positive et beaucoup d’émotion.

Le meilleur pour la fin ? La SF…

J’ai gardé la SF pour la fin car c’est mon genre de prédilection et qu’avec 43 livres – et en ayant extrait les uchronies – il sera plus (très) difficile d’établir un top 3. D’autant plus que ce fut une très bonne année, avec énormément de coups de cœur. Mais il faut choisir… Et comme pour la Fantasy, j’ai tout de même une certaine inclinaison pour les textes qui causent un peu de politique.

J’ai bien fait d’attendre le dernier moment – ou pas – pour rédiger ce billet car c’est mon avant-dernière lecture de l’année qui se hisse sur le podium : Haviland Tuf de G.R.R. Martin. Décidemment, plus je lis l’auteur et plus je me dis que Game of Thrones est ce qu’il a écrit de moins bon. De plus, j’avais constaté une baisse de rythme dans les romans que j’avais déjà lu de lui. Ici, c’est un fix-up de nouvelles avec pour pitch « et si un misanthrope possédait un artefact technologique conférant des pouvoirs quasiment divins ? ». La lecture est tellement récente que je n’ai pas encore publié mon retour : rendez-vous mercredi ;).

Sur la deuxième marche, Rosewater de Tade Thompson. Je triche même un peu, car je mets le tome 1 et 2 ex-aequo. J’espère que le dernier volume de la trilogie me convaincra autant. J’ai tout aimé dans ce livre : une SF qui se déroule en Afrique est déjà originale, alors en plus quand c’est bien décrit et réaliste (mention spéciale à Insurrection à ce niveau) ; et c’est une des histoire de first contact les plus originales, peut-être même la, que j’aie lue. Je n’ai pas mis Les meurtres de Molly Southbourne du même auteur dans ce top mais j’aurais pu. Pas de chronique de Rosewater sur le blog (ça viendra) donc je vous invite à lire celle du Chroniqueur.

Première marche du top SF, et première marche tout court, je triche à nouveau avec deux livres, les deux premiers volumes des aventures d’Andrea Cort : Emissaires des morts et La troisième griffe de Dieu de Adam-Troy Castro. J’ai littéralement adoré et dévoré ces livres. AMI m’a envoyé le premier suite à un concours et j’ai acheté le tome 2 dans la foulée. L’univers de space opéra est très intéressant, où l’humanité a évolué dans une sorte de néo-néo libéralisme ; l'(anti)héroïne est à la fois attachante et détestable et les intrigues sont aux cordeau. Je suis ravi à l’idée de la sortie du troisième et dernier volume. En grand format, j’ai chroniqué le premier pour Anne-Laure et le deuxième pour Steph.

C’est toujours un crève-cœur de faire des tops car on laisse des livres sur le carreau mais ce sont vraiment les livres que j’ai le plus conseillé ou prêté, et qui ont un petit quelque chose en plus, ou du moins un cocktail qui me convient. Je vous invite à consulter la rubrique coup de cœur du blog si vous voulez voir ce que j’ai aimé d’autre. J’espère que 2022 sera meilleure, mais la barre est haute…

Et vous, votre top ?

Je vous souhaite une bonne année 2022 !

25 commentaires sur “Bilan 2021 2/2 – Mes tops !

Ajouter un commentaire

  1. Jolis tops !
    Si en fantasy, j’ai des goûts différents, je me retrouve dans les autres genres.
    Vitæ nostra m’avait bien surprise également. Les deux autres sont dans ma pal et j’ai adoré Andrea Corp, j’attends le tome 3 avec impatience !

    Aimé par 1 personne

  2. Très jolie sélection, rien que je n’aie encore lu, mais plusieurs qui me tentent sur la base de tes retours et de ceux d’autres :
    – L’homme qui savait la langue des serpents
    – Le mystère du tramway hanté
    – Les miracles du bazar Namiya
    – Émissaire des morts

    Je te souhaite plein de belles lectures pour 2022 !

    Aimé par 1 personne

  3. « J’espère que 2022 sera meilleure » : meilleur que « Vita Nostra » ? Je ne crois pas que ça soit possible.
    Je valide complètement les autres que j’ai pu lire (Kivirähk, Higashino et Castro). Mais « Vita Nostra » quoi, quel livre.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Tigger Lilly Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :