Chronique – Les extrêmes, Christopher Priest

Après vous avoir parlé de Conséquences d’une disparition, j’exhume mes retours passés sur les romans de Christopher Priest. Voici donc les extrêmes, qui n’est pas le roman le plus cité de l’auteur, mais qui traite pourtant son thème de prédilection, la réalité, dans un texte de pure SF. Avec le recul, c’est intéressant de voir les similitudes avec Conséquences et la manière dont il le préfigure un peu.

Court retour daté du 16 avril 2019, publié à l’époque sur FB (je débutais ^^’)

Deuxième lecture pour moi de cet auteur, après le Monde Inverti. Et comme j’avais aimé, j’avais acheté le présent bouquin. Je vais me laisser un peu de temps, mais il y en aura un 3e.

Une claque. Pour moi, Priest est un véritable écrivain. Les descriptions sont minutieuses et on imagine sans difficultés l’univers qu’il nous propose. Cette immersion est une réussite, d’autant plus que c’était nécessaire avec le propos du livre. Les personnages sont bien décrits, avec leurs souffrances, leurs faiblesses. Pas question de les aimer ou les détester, ce sont des humains, simplement ; et on a l’impression de ne pas côtoyer des personnages de roman. Au niveau de l’intrigue, cela tourne autour des tueries de masse et leurs conséquences, mais aussi la fascination qu’elles exercent. Là encore, un tour de force de l’auteur : il ne donne pas son point de vue, ne fait pas de leçon de morale…Pourtant, on arrive à imaginer, ressentir, mesurer l’impact de ces événements. L’aspect réalité virtuelle sert de prétexte à ces réflexions et en renforce les problématiques autour des souvenirs, conférant au livre une touche quasi dickienne.

Ce n’est donc pas une lecture facile ou agréable, avec une intrigue à résoudre, mais une plongée dans la psyché et les traumatismes. Cela sonne juste, totalement, avec une grande maturité et une vraie plume.

Les +

  • Un thème casse-gueule mais parfaitement maitrisé
  • Pas de caricature
  • Les descriptions et l’ambiance

Les –

  • Pas de réelle intrigue, donnant une impression de fin abrupte

Résumé éditeur

Teresa Simons, jeune enquêtrice du FBI, a suivi la formation aux sessions ExEx – aussi appelées les «extrêmes» –, ces mondes virtuels violents et ultra-réalistes reconstituant à la perfection des situations de crise ayant réellement existé afin de former les nouveaux agents.
Mais depuis qu’Andy, son mari, est mort dans une intervention qui a mal tourné, Teresa ne parvient plus à s’extraire de la virtualité et s’enfonce peu à peu dans ses souvenirs. Elle décide de se rendre à Bulverton, dans le sud de l’Angleterre, où le jour de la mort de son mari eut lieu un terrible massacre. C’est là, au sein d’une petite communauté traumatisée, que Teresa va découvrir ce qu’impliquent réellement les «extrêmes»…

Les extrêmes de Christopher Priest, traduit par Thomas Bauduret, aux éditions FolioSF (présente édition de 2015, première édition VF en 2000, parution VO en 1998), 496 pages.

7 commentaires sur “Chronique – Les extrêmes, Christopher Priest

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :