Chronique – La maison hantée, Shirley Jackson

La maison hantée est considéré comme un des romans fondateurs de l’horreur moderne, culte pour de nombreux lecteurs, et dont l’autrice est adoubée par Stephen King lui-même. Une leçon que je récite parfaitement, sauf que j’ignorais jusqu’au nom de l’autrice il y a encore quelques semaines ; nom découvert, un de plus, grâce au Tag Autrices incontournables en SFFF (donc Vert a fait le bilan sur son blog). Spontanément, je ne serai pas allé vers ce livre car je n’aime pas l’horreur – je déteste avoir peur – et surtout parce la maison hantée me parait être un cliché tellement éculé que je n’achèterais pas un livre dont c’est le ressort principal. Néanmoins, j’aime consolider ma culture et donc lire les œuvres fondatrices, en essayant bien d’avoir cet idée en tête lors de ma lecture.

Mais si La maison hantée est effectivement un récit d’horreur bien mené, dont la maison est peut-être le personnage principal, c’est aussi un récit où la psychologie des personnages est très intéressante. On peut être hanté de plusieurs manières…

Lire la suite « Chronique – La maison hantée, Shirley Jackson »

Chronique – Braises de guerre, Gareth L. Powell

Braises de guerre partait avec un à priori positif pour deux raisons ; c’est un Space Opera – mon genre de SF favori – et c’est une trilogie intégralement traduite en français (le deuxième tome, L’Armada de Marbre est sorti il y a quelques semaines en même temps que L’éclat d’étoiles impossibles, le dernier). De surcroit, la quatrième de couverture affiche l’opinion d’Adrian Tchaikovsky : « Un space opera solide et exaltant, plein d’imagination et de vie », rien que ça. La barre est haute, surtout venant d’un auteur qui a écrit des textes de SF réellement remarquables.

J’aurais peut-être quelques réserves sur le « solide » – Braises de guerre n’étant pas avare de Deus Ex Machina et demande une certaine suspension d’incrédulité – mais en effet c’est un Space opera qui propose une approche intéressante de la guerre et de ses acteurs, avec une dose importante de Sense of wonder.

Lire la suite « Chronique – Braises de guerre, Gareth L. Powell »

Chronique – L’éveil du Léviathan (The expanse T1), James S.A. Corey

J’avais découvert l’existence de cette série au moment de la traduction française mais j’avais préféré attendre, jurant de « ne jamais recommencer une série dont tous les tomes – à minima en VO – ne sont pas déjà sortis ». La série est ensuite sortie et cherchant de la bonne SF télévisuelle à me mettre sous la dent j’ai jeté un œil par curiosité : j’ai été mordu immédiatement. Seulement, l’annonce de l’annulation (puis la reprise…) m’ont fait craindre de ne pas pouvoir voir la suite et j’ai craqué pour le bouquin, que je savais que j’aimerais si ce matériel originel était proche de la série. Bref, je vais en partie m’attacher à faire un petit comparatif. (Chronique publiée initialement en août 2019 sur Facebook)

Lire la suite « Chronique – L’éveil du Léviathan (The expanse T1), James S.A. Corey »

Chronique – Poumon vert, Ian R. MacLeod

Poumon vert (Breathmoss en VO) est une UHL qui est arrivée en PAL pour la raison la plus simple – et idiote – qui soit : compléter la collection. J’achète les nouveautés et en parallèle je rattrape les volumes que j’ai manqué depuis le lancement de cette série de novellas. Il s’agit ici du numéro 8, avec une quatrième de couverture très accrocheuse, et un auteur que je ne connaissais pas (même de nom) mais qui a gagné la grande majorité des prix les plus prestigieux du monde de l’imaginaire.

Ce texte est tout à fait à sa place dans la collection, qui se caractère par son niveau d’exigence (une sorte d’anthologie des meilleures novellas jamais écrites) : un planet opera original et convaincant, texte d’initiation et au style très riche.

Lire la suite « Chronique – Poumon vert, Ian R. MacLeod »

Chronique – Un pont sur la brume, Kij Johnson

Les vacances se terminent, et le blog achève en même temps sa première année. Mondes de poche a logiquement fait la part belle aux éditeurs de poche les plus connus (Folio, J’ai lu, Pocket et Le livre de poche) mais aussi à d’autres – un peu – plus confidentiels et notamment à ma collection chouchou : Une heure lumière, éditée par le Bélial. Je ne pouvais pas clore cette année sans reprendre la chronique d’un de mes premiers contacts, à l’époque où je ne savais pas encore par quel texte commencer, et qui est devenu depuis une de mes romans courts – voire textes – favoris. Place donc à Un pont sur la brume de Kij Johnson ; chronique publiée initialement sur Facebook en décembre 2020.

Lire la suite « Chronique – Un pont sur la brume, Kij Johnson »

Chronique – Planetfall, Emma Newman

J’ai déjà évoqué l’excellente initiative de Vert et son tag Autrices incontournables en SFFF (qui a atteint sa 102 participation le 12 août ; voici le lien de ma propre participation) et, toujours envieux, boulimique même, d’enrichir ma PAL et ma culture des auteurs et autrices de la SFFF, je profite de ces listes quintessencielles pour picorer, voire piller joyeusement.

Planetfall d’Emma Newman apparait dans les 10 titres cités par Vert elle-même. Le livre m’avait déjà été conseillé à plusieurs reprises mais se trainait un peu au purgatoire de la wish list ; néanmoins ce tag, associé au challenge Summer Star Wars, ainsi que l’inquiétude ne pas pouvoir me le procurer – le livre n’a malheureusement pas eu le succès qu’il aurait dû – l’ont fait sortir de la zone grise pour être acheté, puis lu dans la foulée. C’est l’occasion pour moi d’exprimer ce que d’autres ressentent sûrement aussi, pour ce récit ou un autre : la frustration face à l’échec d’un livre qui a tellement de qualités, alors que des romans (bien plus) mauvais fonctionnent. Car avec Planetfall, Emma Newman propose un remarquable et original roman de colonisation, à la narration ingénieuse et surtout peuplé, hanté, de personnages aux lourds stigmates.

Lire la suite « Chronique – Planetfall, Emma Newman »

Chronique – Martiens, go home !, Fredric Brown

J’ai déjà évoqué Fredric Brown dans ma chronique de Simulacres Martiens, écrit par son homonyme, où ce deuxième fait un clin d’œil au premier. Pour cette semaine SF & aliens comiques, il était temps que je ressorte cette chronique, publiée initialement sur Facebook en mars 2021.

Un classique que je ne connaissais pas, et qui m’avait été conseillé lors d’une séance de « name dropping ». Le résumé était très alléchant et j’essaie de combler une partie des trous de ma culture littéraire SF. Je ne le regrette pas : j’ai beaucoup ri, tout en adorant le ton et l’ambiance tellement old school.

Lire la suite « Chronique – Martiens, go home !, Fredric Brown »

Chronique – L’Effet coccinelle, Yann Bécu

J’enfonce des portes ouvertes : le nombre de sorties SFFF est pléthorique. Et encore, je me contente essentiellement des sorties en poche, ce qui réduit drastiquement l’offre. Toujours est-il qu’avec un rythme de lecture d’un livre tous les 5 ou 6 jours, il faut bien choisir… Aussi, quand je trouve l’association science-fiction, one shot, auteur français et quatrième de couverture alléchante, c’est à dire la majorité de mes critères sélectifs, je me lance. D’autant plus que je connais déjà Yann Bécu pour avoir lu et beaucoup aimé Les bras de Morphée lors de sa sortie en poche.

Même si les histoires sont – je continue à enfoncer les portes ouvertes – différentes, j’ai retrouvé d’assez importantes similitudes et qualités : l’auteur a un talent pour démarrer sur une accroche complètement barrée mais qu’il sait mener de manière astucieuse, avec un ton volontiers acerbe, sans oublier de déclarer son amour à la littérature. Coup de cœur !

Lire la suite « Chronique – L’Effet coccinelle, Yann Bécu »

Chronique – Je suis fille de rage, Jean-Laurent Del Socorro

Après avoir adoré Royaume de vent et de colères, je n’avais pas pu résister à la superbe édition collector de Je suis fille de rage de Jean-Laurent Del Socorro (j’ai depuis lu, et autant apprécié, Boudicca). L’auteur français est devenu spécialiste de romans qui s’inscrivent dans des contextes historiques, auxquels il ajoute une dote plus ou moins grande de fantastique. Sa plume est toujours agréable et il ne tombe jamais dans le piège du manichéisme, sans oublier de faire preuve d’une belle et subtile inclusivité. Je profite donc de la sortie poche de Je suis fille de rage pour exhumer cette chronique, publiée initialement sur Facebook en janvier 2020.

Lire la suite « Chronique – Je suis fille de rage, Jean-Laurent Del Socorro »

Chronique – Le magicien quantique, Derek Künsken

Depuis 2017, la collection Albin Michel Imaginaire est devenue une référence dans l’édition de l’imaginaire en France, même si les titres ne rencontrent pas toujours le succès mérité ; les textes proposés sont souvent assez ambitieux mais n’oublient pas aventures et Sense of wonder. Cependant, comme le nom l’indique, Mondes de poche a été créé pour mettre en avant les publications en petit format. Aussi, je guette les titres qui sortent chez AMI et j’attends, parfois avec impatience, voire désespoir, l’achat des droits par d’autres maisons d’éditions, et assez souvent par Le livre de poche imaginaire (le seul « grand » pochiste avec lequel je n’ai pas de partenariat). La règle est à nouveau confirmée avec la sortie du Magicien quantique, en même que temps que sa suite, Le Jardin quantique, en grand format. D’ailleurs, nul besoin de se précipiter sur la suite : l’histoire de ce premier volume se termine.

Lors de la sortie de ce tome, les lecteurs évoquaient un « Ocean Eleven dans l’espace ». C’est en effet un bon résumé : c’est bien une histoire de casse, mais dans univers qui lorgne vers la hard SF.

Lire la suite « Chronique – Le magicien quantique, Derek Künsken »

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑