Manga – L’Éden des sorcières, Yumeji

L’Éden des sorcières, T1&2 de Yumeji

Le foyer Loisy fait une grosse consommation de mangas et nous essayons de nous « limiter » à des titres qui peuvent plaire à au moins deux membres de la famille (bon, avec fiston qui lit quasiment tout ce qui lui tombe sous la main, ça n’est guère une contrainte ^^’). Dans ce cas, c’est un titre que j’avais repéré pour mon épouse et que j’ai apprécié également. Nous préférons également les séries qui sont récentes, pour éviter d’avoir trop de tomes à rattraper.

Pour l’Eden des sorcières, il s’agit au premier abord d’une histoire relativement classique, qui mêle magie et écologie mais le titre se démarque par un trait particulièrement soigné et une histoire qui semble plus complexe et originale que du shonen classique.

L’univers décrit dans l’Eden des sorcières a des échos de post-apo magique ou tout est devenu quasiment stérile avec à perte de vue des paysages de montagnes, regs et canyons. Plus aucune plante ne pousse ou presque et la faune est famélique, obligeant les habitants à utiliser pierre et minéraux comme matières première pour l’ensemble des activités. Néanmoins, certaines habitantes ont conservé la capacité de faire pousser les végétaux, qu’elle nomment « Amurds », voire de communiquer avec eux. Nichées au sein de vallées encaissées, de cratères, ou même dans des lieux encore plus inaccessibles, elles se cachent du reste de la population qui les accuse de s’accaparer ces ressources. Nommées sorcières, elle sont impitoyablement traquées et brulées vives.

L’autrice utilise un ressort classique, même un peu éculé, pour éviter l’exposition : le lecteur découvre l’univers en même temps que l’héroïne. En effet, Pilly est orpheline et a grandi à l’écart de l’humanité, au sein d’une oasis, avec la sorcière qui l’a recueillie et formée. Ici, on coche vraiment toutes les cases du récit d’initiation : un personnage naïf et qui contrôle mal ses pouvoirs, sans attaches (je suppose que les révélations arriveront…) et qui doit se lancer seul ou presque dans une quête qui lui a été confiée. En l’occurrence, il s’agit ici de trouver « l’Eden », jardin mythique pour les sorcières. Pilly est donc vraiment très gentille, certain.e.s trouveront ça irritant, et le principal antagoniste, Zakum (oui, des Z et des K…) est un sociopathe des familles vraiment très méchant qui veut étudier les sorcières, c’est à dire les disséquer.

Ces éléments auraient tendance à me faire dire que ce manga relève peut-être davantage du shonen que du seinen. Mais les étiquettes… Néanmoins il a plusieurs qualités qui le font sortir du lot. En effet, si le tome 1 est surtout consacré à la mise en place, le deuxième permet de montrer davantage de complexité (et les toutes dernières pages sont prometteuses). Si Pilly et Zakum sont des figures très manichéennes, ça n’est pas le cas des autres personnages rencontrés. Les humains sont victime de la propagande et tentent en réalité de survivre tant bien que mal. On se rend d’ailleurs compte que ceux qui s’accaparent les richesses sont surtout ceux au sommet de la pyramide sociale et politique. De même, les sorcières vivent plutôt confortablement, tant qu’elles ne sont pas débusquées, et ne semblent pas toujours désireuses de partager. Surtout, le loup végétal Oak, qui apparait sur la couverture du premier volume (il y a du Mononoke dans ce dessin…), a des motivations qui restent obscures et n’est pas réellement attaché à Pilly. Il n’hésite d’ailleurs pas à se débarrasser des obstacles de manière définitive. Surtout, il est le symbole de ce qui est pour moi la plus grande qualité de cette série : les dessins. Le trait est superbe, très tranché entre noir et blanc avec peu de trames. L’action est toujours très lisible et le découpage sert bien l’ambiance. Je suis très curieux de voir l’autrice dessiner d’autres formes végétales et animales et de découvrir comment l’univers en est arrivé à cette situation.

Résumé éditeur

Dans un monde abandonné par la nature, les sorcières sont le seul espoir de l’humanité ! 

Autrefois, plantes et animaux vivaient en harmonie… jusqu’à l’arrivée de l’homme. Incapable de coexister avec les autres espèces, il les a détruites sans remords. Faune et flore ont alors décidé de fuir et de se cacher… Voilà des centaines d’années que le monde n’est plus qu’une vaste étendue désolée. Pourtant, il existe encore de rares enclos de verdure : ce sont les repaires secrets des sorcières, ces femmes d’exception sensibles à l’appel des plantes. Rendues responsables de leur disparition, elles sont la cible de la haine des humains…
Pilly a
grandi dans un de ces sanctuaires. Élevée par la puissante Toura, elle tente de développer ses pouvoirs… sans succès ! Pour l’encourager, la vieille femme lui offre une graine qui doit la mener un jour vers l’Éden, un jardin verdoyant réservé à l’élite de leur communauté. La jeune apprentie n’a aucune envie de partir et préférerait passer sa vie à l’abri des regards. Mais son monde s’écroule le jour où des hommes en armes s’introduisent dans sa cachette ! Face à la violence des envahisseurs, tout semble perdu… quand soudain la graine de Pilly donne naissance à un énorme loup, mi-animal mi-végétal ! Serait-il le guide vers la terre des élues ?
D’un trait fin et délicat, Yumeji donne vie à un univers de dark fantasy empreint de poésie ! Dans un monde en détresse, Pilly devra choisir sa propre voie et découvrir la vérité sur le conflit qui oppose l’homme et la nature. La quête du paradis perdu ne fait que commencer !

L’éden des sorcières T1 et T2 de Yumeji, traduit par Géraldine Oudin, aux éditions Ki-oon (2021), 216 et 296 pages.

4 commentaires sur “Manga – L’Éden des sorcières, Yumeji

Ajouter un commentaire

  1. Entièrement d’accord avec ton avis. J’ai beaucoup aimé ce manga, que ce soit pour son esthétique graphique que pour sa profondeur cachée. Une belle découverte dont j’attends la suite impatiemment.

    J’aime

  2. C’est vrai que ça sonne assez shonen comme démarrage. Pour le coup, même si je n’aime pas particulièrement les étiquettes non plus, heureusement qu’il est classé seinen, ça donne un peu plus confiance en la suite et les surprises éventuelles. Je ne l’avais pas noté mais du coup je tenterai à l’occasion.

    J’aime

Répondre à Jean-Yves Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :